Autour du monde des contenus

Comment assurer une relecture rapide de vos contenus traduits?

[fa icon="calendar"] 13 oct. 2015 09:27:12 / de Lise Bissonnette Janody

Vos traductions sont parties à la relecture - mais ne sont pas revenues. Voyons ce que peuvent en être les raisons…

C'est terriblement frustrant : votre équipe s'est investie pour faire traduire un nouveau contenu et voilà que vous avez du mal à le faire relire et valider par vos responsables pays.

Avant de vous en prendre à vos relecteurs, posez-vous cette question : avez-vous vraiment fait le nécessaire pour rendre le processus aussi fluide que possible ? Après tout, la relecture de contenus traduits et leur validation prennent un temps non négligeable et sont concurrencées par les mille autres activités de vos relecteurs.  Par contre, cela ne devrait pas prendre plus de temps que nécessaire.

Comment assurer une relecture et une validation rapides de vos contenus traduits ?

Transmettez-vous les traductions aux relecteurs d'une manière coordonnée ?

Certains relecteurs reçoivent de nombreuses relectures provenant de différentes équipes – et ce, tous en même temps. Ils ne connaissent pas forcément le contexte de chaque texte et souvent, ils se trouvent seuls à arbitrer les priorités entre tel ou tel texte. Les relecteurs se mettent alors au travail selon l'ordre d'arrivée, ou en fonction de la proximité ou l'insistance de l'expéditeur.

Leur avez-vous donné une échéance raisonnable ?

N'accordez pas un délai d'à peine deux jours pour la relecture d’un article de fond, ni deux semaines pour celle d'une courte fiche produit. Donnez à vos relecteurs une indication du temps à passer sur les différents types de texte.  S'ils y passent systématiquement trop de temps, c'est qu'il y a un problème. Il serait bon de faire s'asseoir ensemble le traducteur et le relecteur pour trouver l'origine du problème et le résoudre.

Leur offrez-vous suffisamment de contexte ?

Si vous ne disposez pas d'un portail permettant aux personnes de relire la traduction en contexte, alors vous devez fournir ce contexte. Tout au moins, vous devez leur faire parvenir le contenu-source en même temps que la traduction. Communiquez également les url, les captures d'écran, les maquettes : tous ces éléments permettent au relecteur de comprendre comment la traduction sera utilisée et affichée.

Avez-vous recours au bon niveau de traduction ?

Il existe différents types de traduction, dont la traduction automatique (rapide, bon marché, qualité moindre), la traduction automatique révisée (plutôt rapide et bon marché, de meilleure qualité), la traduction purement humaine (moins rapide, pas aussi bon marché, de bonne à très bonne qualité) et enfin, la transcréation (généralement peu rapide (selon le volume), peu bon marché, mais totalement adaptée au marché). En fonction des différents niveaux de qualité, de vitesse et des coûts, c'est à vous de déterminer sur quels contenus dépenser plus et où un investissement moindre suffirait. 

Par exemple, il est malvenu d'avoir recours à la traduction automatique révisée pour un article de fond. Vous le rendriez simplement plus difficile et plus long à relire. Et faire appel à la traduction purement humaine pour un vaste ensemble au contenu structuré (un catalogue produit, pas exemple) va vous coûter très cher. Par contre, il est utile d’avoir recours à la transcréation pour garantir l'impact de vos titres et vos propositions de valeur.

Votre prestataire de services de traduction a-t-il accès à des outils de soutien ?

Ces prestataires ne font pas toujours appel à la même personne pour traduire tous les contenus dans une même langue provenant d'une même société. S'il n'existe pas de glossaire qui indique la traduction retenue pour un terme spécifique, vous vous retrouverez avec différentes traductions pour un même terme. Mais vos prestataires ont besoin de vous pour construire ce glossaire. Par ailleurs, en cas de doute sur le sens voulu il est utile que les traducteurs puissent contacter quelqu'un pour obtenir des clarifications.

Votre contenu source est-il cohérent ?

Une utilisation cohérente de termes et de phrases spécifiques aide à créer ou consolider une image cohérente d’une marque. Cela réduit également les coûts de traduction en augmentant le nombre de correspondances exactes dans votre mémoire de traduction. Ceci est particulièrement utile dans le cas de contenus à la structure spécifique, comme les fiches produit.

Le contenu original est-il rédigé de manière à se traduire aisément ?

Un contenu-source mal structuré engendre de mauvaises traductions et les relecteurs finissent par avoir bien plus à faire que relire, ils doivent réécrire.  Lorsque le travail s'avère plus volumineux que prévu, les gens rechignent et remettent à plus tard. Assurez-vous donc que votre contenu est pensé pour l'international dès sa conception.

 Le texte ne devrait pas comporter des expressions idiomatiques; celles-ci prennent bien plus de temps à traduire car les traducteurs doivent alors trouver des expressions équivalentes, un exercice hautement subjectif. (Exemples : La mer à boire. Aux quatre coins de l'Hexagone. La puce à l'oreille. Mener par le bout du nez.)  Il y aurait beaucoup à dire sur la rédaction de textes destinés à la traduction, mais, au minimum, il faut utiliser des phrases courtes, des mots et une syntaxe simples. 

 Il faut aussi tenir compte du fait que si vos contenus sont rédigés d’abord en français, il est fort possible que ce soit sa traduction en anglais qui servira de source pour les relecteurs des autres langues. Il faut dont s’assurer de la très grande qualité de l’anglais.

Avez-vous un plan B ?

Parfois, il n'y a vraiment personne à même de faire la relecture des traductions de contenus et il vous faut alors trouver une solution pour venir en soutien à vos équipes locales. Dans certains cas, les sociétés font appel à un second prestataire pour relire le travail du premier. Dans d'autres, ils font appel à des rédacteurs indépendants.  J'ai même entendu parler d'une société qui avait mis en place un réseau d'anciens de l’entreprise pour assurer la relecture des contenus traduits.

 

Comme vous pouvez le constater, les responsables corporate de gestion de contenu disposent de nombreux moyens pour faciliter et accélérer le processus de relecture. Mettez-les en place, et les responsables pays vous en seront gré.

Ce billet fait partie de notre série "7 maux  qui vous empêchent de gérer au mieux vos sites pays'.